https://www.agencedevillers.com/wp-content/uploads/photo-2020-06-05-17-25-47.jpg

BOULEVARD DES ALLIES – CESSON-SEVIGNE (35)

Maître d’ouvrage Rennes Métropole – SPLA Via Silva – Ville de Cesson-Sévigné

Maîtrise d’oeuvre Devillers et Associés mandataire

ARTELIA, VRD

ETC, déplacements

ON, éclairage

Dates début des études en 2012, chantier en cours

Missions Maîtrise d’œuvre complète

Montant des travaux 8 832 500 € HT

Notre intervention, en parallèle du travail que nous menons sur les ZAC Pierrins et Atalante Viasilva, porte principalement sur le réaménagement du boulevard des Alliés, mais aussi de la route de Fougères et du boulevard Saint-Roch. Une double voie de site propre bus est créée sur la totalité du linéaire réaménagé.

 

Le boulevard des Alliés fut conçu initialement comme une liaison périurbaine au caractère routier très marqué, avec une emprise très large bordée de talus plantés derrière lesquels l’urbanisation se laissait peu voir. Les carrefours, giratoires et de diamètres surdimensionnés, étaient difficilement franchissables pour les cycles et les piétons, pour lesquels un tunnel avait été aménagé.

 

L’enjeu de son réaménagement, outre les nécessaires réponses à apporter en termes de déplacements avec l’arrivée de la ligne b du métro rennais, fut de lui conférer un caractère de boulevard urbain, qui assume son rôle d’axe central de la technopole.

 

Ce qui caractérise un boulevard urbain tient à la présence de plusieurs facteurs, qui tous visent à favoriser une mixité des usages. Celle-ci passe par un rééquilibrage du partage de l’espace au profit des modes actifs: piétons, vélos, transports en commun. Elle se matérialise par des dispositifs tels que la présence de stationnement latéral, un adressage des immeubles sur le boulevard, des plantations généreuses qui apportent de l’ombre, des carrefours traités en plateaux.

 

Plus particulièrement ici l’intervention a consisté à assurer des continuités piétonnes et cycles continues, confortables et qualitatives. Les trottoirs sont en pavés béton clairs ou en béton surfacé selon les secteurs. Les bordures sont en granit local (Louvigné), tout comme le schiste utilisé pour les gabions (St-Just). Ces prestations de qualité sont rendues possibles par les économies réalisées par ailleurs par exemple sur les bordures, qui sont absentes la plupart du temps le long de la chaussée, permettant aux eaux pluviales de s’écouler naturellement vers les espaces plantés latéraux, à la manière d’une route de campagne.

 

Pour limiter l’imperméabilisation le maximum de place a été alloué à ces espaces plantés d’arbres et de prairies. L’ancien mur anti-bruit en béton a ainsi été remplacé par un talus planté (Terramesh de chez Maccaferri). Les sur-élargissements de trottoir ou de chaussée inutiles ont été limités au profit des espaces plantés.

 

La floraison printanière, quelques mois après la mise en service et alors que le chantier n’est pas complètement terminé, a inspiré l’artiste de street art rennais WAR! qui a profité du confinement pour peindre des coquelicots et des bleuets sur une dizaine de piles du viaduc du métro aérien qui surplombe le boulevard. Cette intervention, bien que ne faisant pas l’objet d’une commande, a fait très rapidement l’unanimité auprès du public et des élus de Rennes Métropole. Il a donc été décidé de conserver ces dessins, qui intègrent le patrimoine artistique urbain.

   

alliés-02 alliés-06