http://www.agencedevillers.com/wp-content/uploads/Ker-Lann-passerelle-1.jpg

PASSERELLE DE KER LANN N°2

Localisation

ZAC de Ker Lann, Bruz (35)

Maîtrise d’ouvrage

SADIV – RENNES METROPOLE

Maîtrise d’œuvre

D&A mandataire

Masse BET Structure

SETUR BET VRD

Mission

Etudes préliminaires et avant-projet

Dates 2018-2019

Montant de travaux

1,6 M€ HT

Après une première étude pour une passerelle majoritairement en bois (visible ici) le maire de Bruz, commune située à 5km au Sud de Rennes, a souhaité une nouvelle implantation 500m plus au Nord pour cette passerelle franchissant la D177, afin de relier la ZAC de Ker Lann à la zone d’activité des portes de Ker Lann.

 

Ce nouvel emplacement, à la croisée du développement de différents secteurs, est donc plus urbain que le précédent. La passerelle sera toujours utilisée, comme dans l’hypothèse précédente, le week-end à des fins de loisirs et pour rejoindre la vallée de la Vilaine, mais aussi et surtout, bien davantage que dans son emplacement précédent, pour les trajets du quotidien.

 

Cette nouvelle implantation se situe au démarrage de l’échangeur de la porte de Ker Lann, au niveau de l’amorce des voies d’entrée et sortie. La passerelle franchit 8 voies de circulation, et sa portée générale est désormais de 50m.

 

Deux rampes permettent d’assurer l’accessibilité PMR de l’ouvrage tout en assurant également le confort des autres usagers (cyclistes, poussettes, etc.)

 

La passerelle est de type bow-string, ce qui permet de franchir aisément les 50m sans avoir recours à des appuis intermédiaires. Cela permet aussi d’obtenir une épaisseur de tablier très réduite pour abaisser au maximum la passerelle et limiter ainsi le linéaire de rampe. En coupe transversale les arcs forment un angle de 30° par rapport à la verticale, ce qui offre peu de surfaces accessibles au vandalisme (tags).

Outre sa réelle utilité pour permettre aux modes actifs de franchir la 4 voies, cette passerelle redonne de la cohérence à ce tronçon de la D177, l’arc, cadré par les murs en gabions de schiste local et les talus plantés de part-et-d’autre, marquant la porte d’entrée de l’agglomération.