http://www.agencedevillers.com/wp-content/uploads/DA-MICH-parc-urbain-web.jpg

AUDIN-LE-TICHE – ECO QUARTIER DE MICHEVILLE

MAITRISE D’OUVRAGE        

EPA ALZETTE-BELVAL – EPF de Lorraine

 

MAITRISE D’OEUVRE

D&A Architecture, Urbanisme, Paysage, Ouvrage d’Art et Infrastructure de transport (co-traitant)

ARTELIA Ville&Transport, VRD (mandataire) / ALPHAVILLE programmation / SARECO, mobilité et stationnements, / ENECO, sites et sols pollués / Y. ATANASSOV, paysagiste / PHYTORESTORE, biodiveresité / ACTE LUMIÈRE, conception lumière / EMBIX, consultant smart City / Atelier des Giboulées, communication

 

MISSIONS

Accord cadre de maîtrise d’oeuvre urbaine de 10 ans, plan directeur, CPAUPE, fiches de lots et suivi architectural des opérations, maîtrise d’oeuvre des espaces publics, concertation

 

SECTEUR D’ETUDE

25 ha

 

CONSTRUCTIBILITE

104 000 m² de logements soit 1600 logements, 80 000 m² de bureaux

 

DUREE DES ETUDES

2017 > en cours

 

 

 

Le site de Micheville appartient à une aire urbaine métropolitaine transfrontalière. La distance entre ce site et la ville du Luxembourg se parcourt aujourd’hui en moins de 20 minutes en voiture. Cette situation permet d’envisager une programmation résidentielle directement liée aux pôles d’emplois luxembourgeois sur ce site au passé industriel.

 

De cette dynamique est crée une OIN qui a pour mission de requalifier les friches en profitant de la proximité du Luxembourg. L’ambition du site de Micheville est ainsi à deux échelles : redynamiser les communes en déprise depuis la démolition de l’usine et créer des quartiers attractifs qui répondent et accompagnent la dynamique Luxembourgeoise. Cette démarche démontre qu’il est possible de réutiliser les sites sensibles afin de ne pas consommer les terres agricoles et d’imperméabiliser de nouveaux territoires.
La totalité des espaces urbanisables fait l’objet d’un projet de préaménagement.

 

Positionnés au cœur du vallon de l’Alzette, le projet propose un système de parcs en réseaux, l’urbanisation historique est réinterprétée en révélant les coteaux qui se positionnent à la fois à distance des fonds de vallons et des lignes de crête