http://www.agencedevillers.com/wp-content/uploads/TM-GP2-RecompositionCentraliteDispersee-1300x806.jpg

GRAND PARIS 2 : EVRY-SENART

Maitrise d’ouvrage AIGP

Equipe D&A(mandataire), Alain Bourdin (sociologue)

Missions Étude de territoire

Surface 90 km²

Durée des études Avril – Juillet 2015

Toutes les ressources du centre se retrouvent dans les périphéries métropolitaines mais elles sont dispersées : les possibilités de choix s’en trouvent limitées et, plus encore, les caractères de l’urbanité manquent ou restent faibles. Comment, dans ce contexte, produire autrement des satisfactions équivalentes à celles que donne le centre ? Comment faire pour mettre en réseau les éléments de centralité qui existent dans le territoire et produire «l’avantage du centre» en périphérie ? C’est la question à laquelle nous avons cherché à répondre. Autrement dit, nous avons cherché les moyens d’offrir aux habitants de grande couronne un accès aux aménités urbaines équivalent (ce qui ne veut pas dire semblable) à ce que l’on trouve dans le centre de Paris.
En nous appuyant sur les travaux sur les bassins de vie du Grand Paris qui ont mis en évidence un territoire, EVRY-SENART, nous avons cherché à mettre au point un modèle de la centralité de la «ville de demain» : celui d’une centralité dispersée mais intense, spécifique à la ville «périphérique», se développant à partir de l’existant et inventant de nouvelles situations urbaines.
Nous avons commencé par une enquête sociologique des modes de vie des habitants du territoire, qui a mis en évidence différentes pratiques du territoire et des lieux attractifs hors des centralités conventionnelles.
Puis nous avons procédé à une analyse fine de l’offre existante et sa localisation, aux trois échelles qui structurent le quotidien des habitants : l’échelle de la proximité, l’échelle du territoire de vie et l’échelle de l’attractivité. Ensuite nous avons formulé deux postulats : celui de la décomposition de l’offre (ce qui fait apparaître certains lieux comme des pôles de vie dispersés sur l’ensemble du territoire), et celui de la possibilité de sa mise en réseau (le territoire d’Evry-Sénart est riche en infrastructure de transports en commun, même si l’offre de service reste à améliorer).
En accrochant ces pôles à un système de mobilité globale, on voit apparaître la possibilité d’inventer une centralité qui implique la collaboration de tous les acteurs.